Du 01 01 1970 Au 01 01 1970

Journée d’Etude « Le financement participatif dans les industries culturelles – enjeux et perspectives »

La journée d’étude est coorganisée par Télécom ParisTech et elle se déroulera à Paris le 13 avril 2015.

Objectifs généraux du projet de colloque

Le financement participatif, ou crowdfunding, semble constituer une alternative innovante au sein des industries culturelles, en mettant en contact direct les artistes avec de (potentiels) fans. Cette promesse de « financement par la foule » apparait de plus en plus attractive, notamment pour offrir aux artistes la possibilité d’intégrer le marché en se passant de l’aide des acteurs traditionnels. Les travaux académiques sur le thème se sont intéressés aux motivations aussi bien des contributeurs que des créateurs de projets , au processus de décision des potentiels contributeurs, aux facteurs clé de réussite des projets , aux caractéristiques sociales des plateformes de crowdfunding, aux phénomènes informationnels dans la dynamique de contributions, et aux logiques propres aux industries de la communication et aux industries culturelles. Si ces thématiques restent à explorer, il semble intéressant de traiter également des articulations entre financement participatif et acteurs des industries culturelles, ou encore des problématiques de structuration du marché et de diversité culturelle. Le but de la journée d’étude proposée est de réunir des chercheurs issus aussi bien de l’économie, de la sociologie, et des sciences de l’information et de la communication afin de discuter des enjeux soulevés par le financement participatif dans les industries culturelles.

Problématique et thématique du colloque

Le financement participatif pourrait permettre de trouver à la fois des sources nouvelles de soutien aux projets culturels et de développer des programmes de production plus innovants ou plus adapté aux marchés de niche. Il pourrait également transformer les conditions de la prise de risque dans le secteur de la culture en créant une forme d’assurance contre le fort niveau d’incertitude, qui caractérise la demande sur les marchés de biens culturels (« nobody knows » Caves, 2000). Défini comme « un appel ouvert, essentiellement sur Internet, pour fournir des ressources financières sous forme de dons ou en échange d’un bien, d’une récompense, ou d’un droit de vote », le modèle participatif autorise les porteurs de projet à présenter leurs idées et à faire appel aux internautes pour obtenir un soutien financier. Les contributeurs jouent un rôle triple, étant à la fois des investisseurs, des consommateurs potentiels et des promoteurs du projet auprès de leurs contacts sur les réseaux sociaux.